Les moulins de Plogonnec

Plogonnec a compté à la fin du XVIIIe siècle jusqu’à plus d’une vingtaine de moulins. Vingt étaient à eau, deux étaient à vent. Leur répartition ne répond pas uniquement à des critères orographiques mais plutôt à des opportunités d’entreprises comme à Coat Gallou qui cumule trois moulins en ligne. Ces moulins disposaient de droits de captage d’eau en leur amont, en servitude des propriétaires des biens fonds concernés par ces remontées canalisées. Ces moulins étaient afféagés sous l’autorité du seigneur féodal du lieu, à savoir pour Plogonnec le Marquis de Névet et de Pouldavid, le seigneur de Rohan, et le vicomte du Faou, et en arrière fief la petite noblesse locale. Les moulins à vents n’appelaient pas d’emprises sur les fonds voisins. L’ensemble des moulins à eau se réparti de manière assez équilibrée sur le terroir de Plogonnec sauf au nord et à l’est. La faible fréquence de moulins à vent dans ces deux secteurs reste à expliquer.

Les vingt moulins à eau

La commune de Plogonnec s’étend sur deux bassins versants. Les ruisseaux du Staven, de Kerganapé, de Stang ar Raz, et du Pellavon sont tributaires du Steïr Penn Odet. Les ruisseaux du Juc’h et du Névet sont tributaires du Ris.

Les seize moulins à eau se distribuent selon les cours d’eau suivants :

Sur la rivière de ria Steïr Penn Odet l’on ne trouve qu’un seul moulin sur la rive droite. Ce ruisseau prend sa source au sud du bourg de Cast et cours de manière paisible jusqu’à la passe de Coat Squiriou qui est son premier seuil. Le cours d’eau sinue en suite dans des vallées encaissées avec un seuil en aval de Treunot pour capter en suite le Pellavon. Il cour après vers Kerfeunteun en tapant les talus de Penhars et fait sa jonction avec l’Odet en la ville de Quimper à l’angle ouest de la rue du Parc. Juste avant cette confluence il capte un dernier ruisseau quimpérois, le steir an Dukez.

1 – Moulin à eau de la Lorette, près de l’ancienne chapelle. Ce site a fait l’objet d’un aménagement fort ancien, sans doute gallo-romain, pour la construction d’un pont. Par contre, il est exposé à des crues dévastatrices, d’où la légende du Sieur de Bonescat qui manque de s’y noyer. L’implantation du moulin est peut être liée aux nécessaires travaux de terrassements requis pour la construction du pont. Son exploitation s’est arrêtée à la fin du XXe siècle.

Sur le ruisseau de Staven l’on trouvait six moulins. Ce ruisseau démarre au pied de Menez ar Horn et se nourrit graduellement pour glisser en paliers à partir de Nartous vers sa jonction au Steïr Pen Odet. Les moulins sont :

2 – Moulin à eau de Keryacob, en réalité depuis un sous- affluent, le Keryacob-Vian. Ce site a disparu depuis plus de deux siècles.

3 – Moulin de Keringard, en contrebas de la ferme de Kerven. Ce site a cessé de fonctionner au milieu du XXe siècle.

Sur le ruisseau de Kerganapé l’on trouvait sept moulins. Ce ruisseau démarre paisiblement en amont du bourg de Plogonnec et passe en paliers entre Kerganapé et Meilh Bonescat pour faire sa jonction avec le Steïr Penn Odet. Les moulins sont :

4 – Moulin de Beuliec. C’est le moulin bannal du manoir voisin. Son exploitation a pris fin au milieu du XXe siècle. Ce site a été depuis réaménagé en gite d’accueil.

5 – Moulin de Rungleo. C’est un dédoublement de celui de Beuliec. Ce site est ruiné depuis le milieu du XIXe siècle.

6 – Moulin du haut de Kerganapé, en face de la ferme. Son exploitation a pris fin dans la première moitié du XXe siècle.

7. Moulin du bas de Kerganapé à structure multiples. Son exploitation a pris fin dans la seconde moitié du XXe siècle.

8 – Moulin de Bonescat, issue du manoir. Sont exploitation a pris fin dans la seconde moitié du XXe siècle. Cet ensemble a depuis été réaménagé en résidence.

9 – Moulin de Butel, en aval du lieu de relégation des lépreux de Plogonnec. Son exploitation a pris fin dans la seconde moitié du XXe siècle. Cet ensemble a été depuis réaménagé en résidence.

10 – Moulin ar Roc’hcadiou (Meilh Roc’h) dont l’exploitation a pris fin dans la seconde moitié du XXe siècle.

Sur la section issue de conjonction du Kerganapé et du Staven l’on trouvait quatre moulins à eau :

11 – Moulin de Coat Gallou, 1er moulin. Ce site est ruiné depuis le milieu du XXe siècle.

12 – Moulin de Coat Gallou, 2e moulin. Ce site est ruiné depuis le milieu du XXe siècle.

13 – Moulin de Coat Gallou, 3e moulin. Ce site est ruiné depuis le milieu du XXe siècle.

A Coat Gallou la démarche d’implantation est nettement cadencée car les moulins se trouvent juste à la rencontre du Kerganapé et du Staven.

14 – Moulin de Goulit ar Menez, à l’entrée du hameau. Son exploitation a pris fin au milieu du XXe siècle. Ce site a été depuis réaménagé en résidence.

Sur le ruisseau de Stang ar Raz qui est en fait un affluent du Pellavon, au Kerrec’h, le cours d’eau y connait là son premier seuil d’importance :

15 – Moulin de Kerrec’h, en haut. Ce moulin est bordé par la voie communale n° 22, en contre bas du croisement de l’ancien manoir de Kerjégu vers Kererven. Son exploitation a pris fin dans la seconde moitié du XXe siècle.

16 – Moulin de Kerrec’h, en bas. En aval du moulin précédent, l’on trouve des vestiges d’un dédoublement d’installation de meunerie.

Sur les ruisseaux de Névet et du Ris l’on trouve quatre moulins :

17 – Moulin de Névet, sur le ruisseau du Névet, mais en amont de la mine d’or, ce qui le consacre essentiellement à la meulerie. Le moulin était en fait installé au nord du ruisseau, en Kerlaz, mais les installations de captage se trouvaient aussi sur la paroisse de Plogonnec. Il est possible qu’il y ait eu plusieurs moulins de cadencés en ce lieu, de chaque côté du ruisseau.

18 – Moulin de Rouz (Meilh Rouz). Ce moulin était implanté sur le Névet et dépendait de la ferme de Kergoz.

19 – Moulin de Plass an Tolou. Ce moulin était implanté sur le Névet et connaissait quelques intermittences en fin de saison d’été dans son alimentation en eau.

20 – Moulin de l’étang (Meilh Lenn). Ce moulin était sur le fleuve Ris et avait l’avantage d’avoir toujours assez de débit d’eau pour fonctionner à plein toute l’année.

Les deux moulins à vent

Nous ne disposons d’aucune preuve matérielle de ces deux moulins à vent, mais il est fort à penser qu’ils étaient du même type que les moulins à vent que l’on retrouve à ce jour dans le Cap-Sizun, c’est-à-dire soit des moulins en tour, soit des moulins sur pivot. Ces structures sont d’emprises modestes et peuvent facilement s’articuler avec les lieux. L’on peut s’étonner de leur absence sur les périmètres les plus venteux de la paroisse.

Les deux moulins à vent connus sont :

1 – Moulin à vent de Park Bachou, en Keryacob, au dessus de l’embranchement du Staven avec le ruisseau de Keryacob-Vian. C’était sans doute un moulin sur pivot.

2 – Moulin à vent de Beuliec qui devait être aussi un moulin sur pivot.

———————————-

André Bozec